jeudi 12 avril 2018

Celles et ceux qui ont aidé à l’arrivée du parti Islam en Belgique

Le multiculturalisme est un échec, tous les politiciens le savent. Certains s’obstinent à persister dans l’erreur. L’attrait des voix des «nouveaux électeurs» mais aussi la soumission aux pactes Eurabia et Eurislam a évidemment joué pour certains. L’appartenance à des sectes maçonniques musulmanes, telles les Shriners, a joué pour d’autres. «Arrachez le masque de respectabilité dont ils s’affublent», disait le pape Léon XIII [1].
Joëlle Milquet A présidé les Assises de la multiculturalité sans jamais en avouer l’échec. A été photographiée en compagnie d’un imam radical et a prétendu avoir été «abusée». Se laisser photographier en compagnie d’un imam atteste d’une volonté électoraliste de plaire à un certain électorat. Ignorer la radicalité d’un imam est la preuve d’une naïveté qui n’a pas sa place dans le monde politique. Ce sont ces gens naïfs, ceux qui ne veulent pas voir, qui font le lit de partis extrémistes comme Islam.
André Flahaut A proposé d’instaurer des cours d’arabe dans le secondaire, pour favoriser selon lui, «l’intégration». Au lieu de proposer des cours de français pour les nouveaux arrivants, il propose lui des cours d’arabe pour les autochtones de manière à ce qu’ils puissent s’intégrer. S’intégrer à quoi? A la charia? On est dans l’inversion des valeurs. Appartient-il à une société secrète qui prône l’inversion des valeurs? On aimerait le savoir.
Sarah Turine Echevine molenbeekoise, elle est aussi administratrice de Green Halal qui prône l’obligation du halal, conformément à la charia. A participé en France à un séminaire des Frères musulmans, secte islamiste radicale.
Françoise Schepmans Bourgmestre de Molenbeek, elle a permis avec son équipe l’obligation du halal dans les cantines scolaires communales. A récemment baptisé une place de la commune du nom d’une victime musulmane en oubliant les victimes non-musulmanes, faisant ainsi de cette victime une martyr à la cause du djihad. Vient aussi de poser pour la campagne électorale devant un drapeau belge modifié : déchiré d’un côté et amputé du rouge de l’autre pour laissé place à un drapeau turc de l’autre. La signification est claire, les Belges devraient s’intégrer aux Turcs selon la bourgmestre et non l’inverse. Philippe Moureaux Ancien bourgmestre de Molenbeek, il aurait, selon le journal national Le Peuple, protégé le truand Mohamed Abdeslam, frère du terroriste Salah Abdeslam. Ce truand a dérobé 70.000 euros à la commune de molenbeek et a bénéficié de complicités internes. Quand Philippe Moureaux a engagé ce truand, connaissait-il son pedigree? Le laisser-faire de Philippe Moureaux est par contre à l'origine de l'implantation dans la commune de Molenbeek des réseaux djihadistes. La politique de logement de Philippe Moureaux (à l’époque coalition PS-MR-Ecolo) était conçue de manière à y attirer les familles nombreuses musulmanes (les fameux logements sociaux à 6 chambres). La mauvaise réputation de Molenbeek est due aux différents bougmestres qui s’y sont succédés au point que les banlieues françaises difficiles lui sont comparées. Références [1] Humanum Genus, Léon XIII

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire