jeudi 24 mai 2018

Démocrature et déni de démocratie en Italie et en Europe

Démocrature est un néologisme en français désignant un régime qui a l’apparence d’une démocratie mais qui s’avère être une dictature. La technocratie européenne en est l’exemple-type. La déclaration méprisante du commissaire européen Oettinger pour la démocratie (ce serait selon lui les marchés qui apprendraient aux Italiens à « bien voter ») montre bien le retour à la dictature en Italie. Les campagnes de haine envers les patriotes Après Benoît XVI, Donald Trump, Aung San Suu Kyi et Israël, la presse dépendante à obéissance financière (mainstream en franglais) s’est de nouveau déchaînée à l’égard des patriotes (Lega) et des anti-système (M5S, mouvement 5 étoiles) en Italie et cela alors que le choix des électeurs s’est démocratiquement et majoritairement porté sur ces deux formations. Et toujours cette même absence d’argumentation, d’étalage de «pseudo-bonnes idées», et de dogme d’a-priori et de prétendu politiquement correct. Ainsi la défense des frontières et l’interdiction de passage aux criminels et aux terroristes est présentée comme de la xénophobie, le refus de l’immigration massive et choisie (populations sous-qualifiées en vue d’ubériser l’économie) est présentée comme de «l’extrême-droite» et du populisme, et la défense de nos valeurs judéo-chrétiennes présentée comme du ringardisme en comparaison avec le prétendu modernisme, face cachée du délitement des valeurs et de la volonté de remplacement du christianisme par un islam totalitaire. Le relativisme des valeurs prôné par les anti-patriotes n’est rien d’autre que la philosophie des sectes maçonniques et islamiques, dont la majorité sont satanistes (ou lucifériennes, ce qui est synonyme). La grande avancée de la nouvelle majorité en Italie est justement l’interdiction pour un membre d’une secte maçonnique d’être membre du futur gouvernement. L’affairisme maçonnique et leurs valeurs relativistes n’est justement pas compatible avec nos valeurs. Rappelons que la franc-maçonnerie a toujours été condamnée par tous les papes jusqu’à ce jour, de manière explicite ou implicite, et que l’excommunication frappe toujours les sectaires maçons. La fin de la démocrature en Europe La dictature technocratique européenne est à l’agonie. Les pays de Visegrad ont courageusement, malgré l’odieux chantage financier de Bruxelles, refusé l’immigration massive et choisie (populations africaines sous-qualifiées) et remis en cause l’inefficace «Espace Schengen». L’Autriche a verrouillé ses frontières empêchant ainsi le IV eme Reich allemand d’ Angela Merkel d’imposer ses vues à toute l’Europe. L’Italie renverra bientôt les «invités» des clubs affairistes liés de près ou de loin à la très sinistre loge P2 italienne, tristement connue pour sa collusion avec la mafia et le scandale d la Banque Ambrosiano. Devant le risque d’épidémies liées à l’afflux massif de population africaines dans la capitale française mais aussi à l’explosion de la délinquance liée aux gangs mafieux importés, Gérard Coulomb a dû faire une légère marche arrière dans la politique migratoire en sommant la très islamophile Anne Hidalgo d’arrêter 2.500 illégaux et de les expulser, qui a pris la défense des délinquants

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire