vendredi 29 juin 2018

La complicité de certaines ONG dans le trafic d’êtres humains

Gérard Larcher, président du sénat en France, s’exprime sur ceux qui collaborent avec les passeurs et qui volontairement débranchent leur transpondeurs pour qu’on ne les détectent pas. Vous avez dit « activité mafieuse »? Le trafic d’êtres humains dans toute son horreur. Selon le journal national belge Le Peuple » Les ONG accusées par GEFIRA participent activement à une opération d’envergure de trafic d’êtres humains en coordination avec les trafiquants et sous couvert des autorités italiennes et de l’Europe ». Opérer dans les eaux territoriales lybiennes, comme le font certains bateaux d’ONG, est totalement illégal. Débrancher volontairement son transpondeur également. Utiliser un pavillon de complaisance est également illégal et rappelle les faits de piraterie. Ce ne sont pas des associations humanitaires, elles en ont le nom, ce sont en réalité des trafiquants d’êtres humains et leur place est en prison. Selon Les Blogs (Tribune de Genève) "les ONG humanitaires servent de passerelle pour l’immigration illégale vers l’Europe. Cette fois le procureur Trapani a fait saisir préventivement un bateau affrété par une ONG." D'autres témoignent que les ONG vont chercher les migrants jusque dans leur village, à un point tel que la différence entre ONG et trafiquants d'êtres humains n'existe quasiment plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire