samedi 2 juin 2018

L'slamisation de Bruxelles est-elle voulue pour 2030 par les sectes maconniques?

La question se pose en effet lorsque l’on examine attentivement la rencontre sur les «valeurs» entre islam et franc-maçonnerie. Les «valeurs» communes sont le relativisme des valeurs (un médecin aurait même valeur qu’un terroriste et il faudrait «s’habituer au terrorisme» et non l’éliminer) et le vivre ensemble, c’est-à-dire l’instauration de la charia dans les territoires perdus. Les accommodements déraisonnables iront jusqu’à la décapitation en rue de femmes infidèles comme cela se fait en Arabie Saoudite. Les associations féministes payées par George Soros sont étrangement silencieuses sur ces atteintes à la dignité des femmes. Et rares sont les associations féministes qui ne sont pas infiltrées par des sectes maçonniques aux valeurs communes avec les musulmans. L’origine de la franc-maçonnerie ne vient ni du christianisme ni du judaïsme mais bien du satanisme et d’un ordre arabe musulman ancien, les Shriners. La très maçonnique Université de Bruxelles (Free University veut dire Free Masson University, université maçonnique) a d’ailleurs dans ses publications un ouvrage intitulé : Bruxelles , musulmane en 2030? Le monde politique bruxellois est à ce point infiltré par les sectaires maçons et leurs idées ultra-libérales en matière de soumission à l’occupant et de l’offrande faite à leurs nouveaux maîtres appelée vivre ensemble, autre nom de l’application de la charia. Et cela à un point tel que le philosophe Drieu Godifridi a appelé les électeurs bruxellois à voter NVA. La proposition du parti DEFI d’interdire le parti ISLAM est-elle courageuse ou électoraliste, quand on sait que certains de ses membres défendent toujours le multiculturalisme et le vivre ensemble, et même l’idée que Bruxelles serait musulmane en 2030? Cette mesure est nécessaire mais elle n’est pas suffisante. Il faut interdire la souffrance animale et la vente de produits halal, il faut interdire l’enseignement de l’islam dans les écoles par des imams salafistes prêcheurs de haine. Mais tous les autres partis, honteux de leur soumission ainsi révélée au grand public, se sont tus. Pire encore dans le chef de certains, ils nous parlent d’«islamistes modérés» faisant l’amalgame avec des islamistes qui veulent «pacifiquement» l’instauration de la charia, c’est-à-dire sans recours à la violence si elle n’est pas nécessaire (c’est-à-dire avec la complicité d’islamo collabos). La lapidation ou la décapitation de femmes infidèles n’a évidemment rien de pacifique ni de modéré. La communication publique du Droit Humain Le Grand Orient de Belgique s’est prononcée pour une politique d’immigration inconditionnelle, et a écrit à de nombreux parlementaires pour s’opposer à l’arrestation d’illégaux et de terroristes ainsi qu'aux moyens mis en oeuvre, ouvrant ainsi la porte à l’immigration massive et s’est même offusqué (on croit rêver, les satanistes osent donner des leçons de morale – sic ! ) de la réaction des nombreux patriotes, qui, inquiets devant l’arrivée massive de terroristes et de violeurs, demandaient le contrôle des frontières et l’application stricte des lois. Mais les ruses des lucifériens ne s’arrêtent pas au regard hypnotique du serpent et à la douceur apparente de leurs prétendues bonnes intentions, ils volent carrément au monde chrétien les notions de charité qu’ils n’ont pas (lire le passage sur la lèpre hideuse qualifiant la pauvreté qui est à exclure pour un candidat maçon ! ). Le chrétien se doit d’être charitable envers les êtres humains (et non ceux qui se revendiquent de l’animalité) dans les mesures des possibilités d’accueil, ce qui exclut l’immigration massive et l’islamisation dans le but de détruire la chrétienté, ce que veulent justement les sectes satanistes revendiquant l’animalité. Les actions par petits pas «Nous prenons une décision, puis nous la mettons sur la table, et nous attendons un peu pour voir ce qui se passe. Si elle ne provoque ni tollé ni émeutes, parce que la plupart des gens ne comprennent rien à ce qui a été décidé, nous poursuivons pas à pas, jusqu’au point de non-retour. » (Jean-Claude Junker) Qui aurait cru il y a cinquante ans que la très fransquillonne (bourgeoise francophile en bon français) Bruxelles verrait le français être tout juste majoritaire (55% de francophones pour 30% d’arabophones et turcophones et 15% de néerlandophones)? Qui aurait cru à cette époque que la future capitale de l’Europe serait inondée de marchés où le voile islamiste et la burka serait le top en matière de mode féminine? Qui aurait cru que la torture animale serait à ce point appréciée par la population belge qu’elle en autorise l’importation de viande halal sans le moindre étourdissement? Qui aurait cru que les jeunes filles s’habillant à l’occidentale se fassent insulter et traiter de prostituées dans les bas-fonds de Molenbeek ou d’autres territoires perdus? Qui aurait cru que l’enseignement de l’arabe soit rendu au départ facultatif par ces politiciens avides de pouvoir et d’amitiés saoudiennes? Qui aurait cru il y a cinquante ans que certaines piscines aménagent leurs horaires pour séparer les hommes et les femmes, et mêmes pire encore que certains politiciens défendent ces principes issus de la charia dont les Belges ne veulent pas? Les solutions pour demain Toutes ces «avancées» pas à pas en matière d’islamisation nous font craindre le pire pour l’avenir. Cependant les solutions sont là : la remigration mais aussi la démaçonnisation de la société et de l’enseignement Article sur sept.club : Les ruses du serpent (5) : L'islamisation de Bruxelles voulue pour 2030 par les sectes maçonniques

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire