mardi 21 mars 2017

Le radicalisme dans les mosquées illégales de Molenbeek

Le 19 mars 2017, sur les antennes de Bel-Rtl la bourgmestre de Molenbeek niait la réalité de terrain et, dans une attitude très proche du syndrôme de Stockholm, nous parlait de «ces pauvres jeunes» qui sombrent dans le radicalisme et leur trouvait presque des excuses en accusant la société de tous les maux. Rappelons que l’échevine écolo Sarah Turine est administratrice de Green Halal, qui a pour objectif de rendre la nourriture halal obligatoire pour tous conformément à la charia. Rappelons aussi qu’un membre de la famille de l’échevin El- Khanous a aidé un djihadiste pour partir en Syrie. A la remarque d’un policier qui informait que les prêches extrémistes de certains imams incitaient à la haine et poussaient à la radicalisation, la maire de Molenbeek sombra dans le déni. Elle feignit d’ignorer que les policiers sont des gens des gens de terrain et qu’ils ont des indicateurs qui comprennent l’arabe des prêches enflammés des imams extrémistes. Si ces politicien(ne)s sont incompétent(e)s ou s’ils ne s’estiment pas à la hauteur de leur tâche, ils doivent démissionner. Leur paresse est inacceptable en temps de guerre. C’est la responsabilité des bourgmestres de remplir le cadre de la police. Presque toutes les communes bruxelloises (Schaerbeek fait exception avec 98% des effectifs par rapport au cadre légal) sont en sous-effectif policier avec souvent 20 à 30% de policiers manquants. C’est aussi la responsabilité des bourgmestres de fermer les mosquées illégales qui prêchent la haine. Certain(e)s politicien(ne)s préfèrent saupoudrer les subsides à des associations afin que leurs membres votent pour eux plutôt que de se soucier de la sécurité. Et donc nient la réalité afin de présenter aux électeurs un faux «bilan positif» de leur activité. Malheureusement ce déni de réalité set très souvent relayé sans la moindre critique par les médias. Demain nous jugeront les commanditaires des attentats pour crimes contre l’humanité et nous n’oublierons pas leurs complices, actifs ou passifs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire