mardi 22 août 2017

Un monde sans attentats

On ne peut plus continuer comme cela. Maintenant cela suffit ! Il devient urgent que les repentis qui ont encore une once d’humanité en eux dénoncent leurs chefs commanditaires des attentats. L’histoire nous a montré que tous les génocides, toutes les périodes de terreur ont été générés par des sociétés secrètes à caractère sataniste. Ces traîtres à l’humanité veulent encore que nous nous accommodions de la terreur des attentats, comme le galérien des coups de fouets qu’il reçoit. Nous ne sommes pas leurs esclaves. Ces sociétés qui attirent le gogo par le côté transgressif et l’attirance pour le fruit défendu n’ont qu’une seule obsession : le pouvoir et surtout le pouvoir à n’importe quel prix. Pour cela elles manipulent les esprits les plus faibles en renforçant leurs plus bas instincts. Nous avons tous autour de nous des sympathisants ou des membres de ces sectes, martinistes, illuminati, francs-maçons, Shriners, chevaliers Kadosh, rosicruciens, ... Il suffit d’un seul repenti pour que tout le système s’effondre. L’impunité temporaire dont bénéficient ces criminels n’est due qu’à l’omerta et à la solidarité criminelle de juges issus de leur secte. Brisons l’omerta, poussons les repentis à fournir les preuves dévoilant les commanditaires des attentats. Il ne faut pas avoir peur. Les membres de ces sectes, qui sont considérés par leurs chefs comme des animaux, ne peuvent s’en prendre à des êtres humains qu’avec l’accord d’un des deux Souverains Pontifes de leur congrégation. C’est rarissime parce que tuer un être humain est un meurtre, tuer un animal ne l’est pas. Par contre, les repentis risquent leur vie, et nous devons donc les protéger. J’invite tous les responsables des deux grandes religions monothéistes, issues de l’Ancien et du Nouveau Testament, qui ont fait alliance avec le Divin (à ma connaissance les deux seules) à relayer cet appel afin de mettre un terme à cette politique de terreur qui ne fait jouir et réjouir que les plus pervers de ces animaux qui ont la prétention de vouloir nous gouverner. Dona nobis pacem
L’hypothèse du singe laveur de patates. L’hypothèse que des sociétés secrètes soient à l’origine des attentats est cohérente c’est-à-dire qu’il est possible et même hautement probable qu’elle soit vraie. Ces sociétés secrètes sont à la base de tous les génocides, conspirent pour s’accaparer du pouvoir. Le mobile est même présent : créer le désordre pour instaurer l’ordre plus tard. C’est ce scénario qui eût lieu sous la Révolution française où le coup d’Etat du 14 juillet 1989 amena la Terreur, les décapitations massives, les régicides et le génocide vendéen avant que ne s’installe la dictature de l’Empire français. L’hypothèse avancée par Bernard-Henri Levy dans «Qui a tué Daniel Pearl?», lui-même franc-maçon B’nai B’erith, à savoir que les commanditaires du terrorisme sont blancs et européens ou américains est-elle pour autant la bonne? Dans une île en Asie un savant apprit à jeune singe à laver ses patates douces avant de les manger. Le singe apprécia la nourriture de meilleure qualité, débarrassée de ses impuretés, et l’enseigna à ses congénères de l’île. Plus tard, le savant constata que d’autres singes sur d’autres îles avaient acquis la même technique, et cela sans avoir pu voir leurs congénères à l’oeuvre. Sans qu’il y ait eu apprentissage, le savoir s’est donc transmis d’un groupe de singes à un autre par ce que les psychologues appellent l’inconscient collectif et que les théologiens appellent conscience collective. On peut donc imaginer que l’idée perverse d’attentats ait germé dans le cerveau dérangé d’un animal djihadiste, que cette idée ait étécopiée par d’autres, et que maintenant on soit au seuil de la masse critique pour que la planète entière ne s’embrase sous les bombes et les attaques meurtrières de ces animaux djihadistes au cerveau imbibé de pulsions prédatrices. On serait au seuil d’une guerre civile ou plutôt un mauvais remake de la «planète des singes» où les humains doivent survivre faisant face à des hordes simiesques particulièrement féroces. Ces animaux dangereux, on ne pourra pas tous les détecter et on ne pourra pas tous les euthanasier pour protéger nos populations (et heureusement la majorité de ces animaux djihadistes décèdent dans les attentats-suicide). Nous devrons donc commencer par inverser les flux migratoires des populations musulmanes au sein desquelles se cachent ces animaux dangereux. Ou alors trouver les commanditaires. Mais nous ne pouvons pas ne rien faire. Commentaires 1) Il y a deux types de politiciens : ceux qui agissent et ceux qui parlent. Pourquoi donc ceux qui agissent (Poutine, Trump, …) , au mieux qu’ils le peuvent, sont-ils toujours vilipendés, insultés, honnis par la gauchosphère aux ordres des sociétés secrètes? Pourquoi ceux qui parlent (Sarkhozy, Hollande, Macron, Obama …) sont-ils au contraire glorifiés par cette même gauchosphère? Parce qu’ils sont aux ordres des commanditaires ou parce que cette situation absurde fait les affaires de leurs patrons? 2) A supposer que l’absence de commanditaires soit vraie et qu’il y ait contamination du djihadisme au sein du monde musulman (hypothèse du «singe laveur de patate»), cela ne change rien à la dangerosité des sectes satanistes. Par contre, le fait d’avoir un suspect, un mobile, une très forte probabilité et un passé de criminel ne prouve pas que le suspect soit l’auteur des faits délictueux. Une théorie cohérente n’est pas nécessairement vraie, d’autres explications sont parfois possibles. Ne rien faire ou s’agiter de manière inefficace peut avoir des conséquences criminelles dans un cas comme dans l’autre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire