vendredi 17 novembre 2017

Le politiquement dégueu

Le politiquement dégueu Aux territoires physiques perdus s’ajoutent une trop longue liste de pertes de valeurs où le politiquement dégeu (appelons les choses par leur nom et refusons d’appeler correct ce qui ne l’est pas) a malheureusement marqué quelques points ces temps-ci et où aussi il faudra reconquérir les territoires perdus • Le vrai Astérix résiste à l’envahisseur. On ne supprime pas l’esprit de résistance en gommant des symboles d’une bande dessinée. Non, on heurte profondément ceux qui ont lu le vrai Astérix dans leur jeunesse, celui qui résiste à l’envahisseur, pas le couard qui n’ose même plus affirmer qu’il est un irréductible Gaulois. • En même temps que les gaucho-bobo-collabos attaquent l’esprit de résistance des Français, ils ne se gênent pas de promouvoir leurs valeurs, celles de la collaboration vychiste en diffusant sur les ondes le bruit râpeux (rap) «Mets ta cagoule». Lorsque de courageux Français intentent des actions en justice pour incitation à la haine raciale de clips contenant des expressions telles que «Nique la France», « Ton pays est puant raciste et assassin » il se trouve des juges appartenant au mouvement «politiquement dégueu» pour considérer qu’il s’agit, je cite, de «liberté d’expression». Il serait intéressant de connaître l’appartenance ou non de ces juges à des sociétés secrètes • Les gaucho-bobo-collabos veulent également faire disparaître les croix du paysage français. Même la croix de Lorraine de Colombey-les-deux-églises où gît le Général de Gaulle est visé par ces iconoclastes qui veulent faire place nette pour mieux pouvoir construire des mosquées et des minarets. Il faut croire que les lobbies pétroliers paient bien et que la peine de mort réservée aux apostats de sociétés secrètes satanistes en effraie plus d’un à revenir dans le droit chemin. Je ne sais pas si ces gens savent se regarder dans la glace le matin. • Après les croix, les gaucho-bobo-collabos s’en prennent aux sapins et aux marchés de Noël. Bruxelles, siège de la technocratie européenne, a vu une année une monstruosité appelée sculpture remplacer le traditionnel sapin de Noël. Saluons les courageux Bruxellois qui ont exprimé leur ras-le-bol et fait plié les édiles communales tentées aussi par le politiquement dégueu à des fins électoralistes. Cette année la maire de Paris veut faire supprimer le traditionnel marché de Noël. Il faudra reconquérir les territoires perdus de la République

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire