lundi 15 janvier 2018

Le pacte (méphistophélique) d'excellence

Dans la trilogie de Marius, Pagnol avait inventé le concept d’ «anchois des tropiques» , anchois complètement pourris que le boutiquier vendait plus cher. En politique, c’est pareil ! Les trucs les plus glauques, ils vont les faire passer pour des réussites. Prenez l’enseignement en Belgique francophone, une véritable catastrophe (avant-dernier aux tests PISA) et il se trouve des ministres pour faire croire qu’il s’agit d’une réussite. Prenez le pacte (méphistophélique) d’excellence. Avec un nom pareil, on croirait que ça va aller mieux et l’électeur semble prêt à acheter un chat dans un sac ou des anchois pourris des tropiques. André Bourvil disait dans un de ses sketches, «le dire, c’est bien, mais le faire, c’est mieux». En marketing, seuls comptent les effets d’annonce. En politique aussi. Ils sont nombreux à dire qu’ils vont tout faire et tout améliorer. Mais ils le disent seulement et ne font rien. Ou quand ils font, c’est pire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire