mercredi 2 mai 2018

George Soros est-il un criminel de guerre?

Fin décembre 2017 et début janvier 2018, une rumeur circulait sur internet selon laquelle George Soros aurait été emprisonné à Guantanamo en attente d’ëtre jugé par une cour militaire. Quelques semaines plus tard, George Soros fit son apparition à Davos. Un mandat d’arrêt international a par contre bien été délivré par la Russie à l’encontre de George Soros, pour spéculation illicite sur les devises. Qui est réellement George Soros? George Soros est né en Hongrie dans une famille juive et, jeune enfant, il faillit être déporté dans les camps d’extermination durant la deuxième guerre mondiale. Il dut la vie sauve à la bienveillance d’un prêtre catholique qui le fit passer pour un jeune orphelin chrétien. Le traumatisme qu’il subit à la vue de ses coreligionnaires envoyés à la mort et à cette impression d’être pris dans le piège des frontières qui se fermaient aux Juifs fut sans doute à la base de l’utopie qu’il lança par le biais de sa fondation, l’Open Society Foundation. D’autres analystes ont fait remarquer que le traumatisme de la Shoah a atteint pour les survivants un tel degré d’intensité que certains d’entre eux abandonnèrent leur foi pour se réfugier pour les uns dans un athéisme radical, pour les autres dans le satanisme des sociétés secrètes. A l’inverse d’autres survivants connus (Simone Veil opta pour la société secrète B’naï B’rith par exemple), nous n’avons pas d’information concernant George Soros. Son action ressemble fort à celle d’un membre de société secrète, et d’une certaine façon il donne l’impression de «jouer le même jeu». Un prétendu philanthrope George Soros a accumulé une fortune, notamment en spéculant sur les monnaies. On estime sa fortune à 25 milliards de dollars. En 1999, en spéculant sur la livre sterling (on raconte qu’il a failli faire sauter la banque d’Angleterre), il s’est fait plus d’un milliard de dollars de bénéfice. Et que fait-il de l’argent qu’il a empoché? Officiellement, il joue les philanthropes. En réalité, il se comporte comme un chef d’état qui cherche à influencer le monde par le pouvoir qu’il s’est donné. En France, George Soros finance le CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France), les Femens (Les prostituées anarchistes originaires d’Ukraine insultant l’image de la femme en se dépoitraillant mais se disant «féministes»), J Street (association de gauchistes anti-israéliens) et Le cercle de « la philanthropie familiale » – une fondation gauchisante (dont le nom évoque justement certaines sectes maçonniques comme «Les amis Philanthropes»). Comment expliquer qu’un Hébreu juif défende l’islam radical qui fourmille d’incitation à la haine des Juifs, si ce n’est qu’il n’est peut être ni Hébreu ni juif, comme ces Khazars convertis au judaïsme dont certains ont renié leur judéïté (et donc devenus apostats)? L’action délétère de l’Open Society La fondation prétendûment philanthropique Open Society dissimule en fait des activités à but politique ou économique qui n’ont justement rien de philanthropique. Le financement d’associations non lucratives qui oeuvrent à l’immigration massive et à l’ubérisation de notre économie sert de relais aux banques et aux multinationales qui voient dans cette main-d’oeuvre bon marché une opportunité d’accroître ses bénéfices. Peu importe pour ces financiers l’accroissement du nombre de viols et d’agressions! Peu importent les attaques terroristes, tant que le sacro-saint PIB ne cesse de croître! L’Open Society est un des plus gros contributeurs d’Amnesty International, qui comme «par hasard» soutient également l’immigration massive. Si Amnesty défendait réellement les intérêts des citoyens, elle défendrait la remigration. Europe Israël décrit très bien ce qu’est réellement l’Open Society : «The Open Society, son super joujou, lui permet d’aimer son prochain et de contribuer à l’amour entre les peuples. Une fondation qui tourne avec plusieurs millions de budgets par an. Aidant les pauvres ici ou là, il diffuse surtout une vision totalement irresponsable de la réalité du monde. La section Middle East témoigne du parti pris 100 % pro palestinien. Qui dit pro palestinien dit pro islam, dit anti occidentale, dit la mort des démocraties et des peuples d’Europe.» Le soutien de George Soros à la campagne de haine envers Donald Trump Non content d’avoir financé la campagne d’Obama et de Clinton, le milliardaire oligarque s’est empressé de financer tous le mouvements de révolte prétendûment spontanés qui ont éclôt aux Etats-Unis après la brillante victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine. On pourrait qualifier cette attitude de mauvais joueur si l’ampleur de l’instrumentalisation des manifestations n’avait atteint un point tel qu’il eût été préférable de qualifier ces émeutes de tentatives (heureusement avortées) de coup d’état. La Fondation Soros aurait financé le putsch militaire en Ukraine Selon Europe Israël , « Donnez des milliards à un homme qui a ce qu’on appelle « la haine de soi » (et donc des autres) et vous obtenez un singe enragé avec une kalachnikov dans une cour d’école à l’heure de la récrée.» Selon la loi américaine, le financement d’activités à l’étranger ne sont condamnables que si elles contreviennent aux intérêts américains ou mettent en danger des civils ou des soldats américains. Ce n’est évidement pas le cas ici. Par contre selon le droit international, le financement d’actes terroristes est un crime contre l’humanité. A-t-il financé des snipers ou des associations militaires? Aucun élément de preuve n’est disponible à ce jour. Et même si on ne partage pas ses idées, il n’existe pas de délit d’opinion (sauf dans les dictatures). Illustration Ce montage photo illustre l’implication de George Soros dans les manifestations anti-Trump

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire